La première course (suite)

Le déroulement de la course tant à se diluer dans les habitudes de chacun, ce qui peut être déstabilisant quand on en connaît pas le déroulement soit-même. Plusieurs formats existent et plusieurs variantes par formats. Je vous propose d’en rester aux formats les plus courants, le format Qualifications-Finales et la Reedy-Race. Le format avec remontées est beaucoup plus rares.

Qualifications et Finales

Format le plus courant dans notre région, il se découpe en deux phases: La première consiste en plusieurs rounds de courses courtes (entre 5 et 7 minutes).  Les voitures sont réparties en groupe de 8 à 10, généralement en fonction du niveau des pilotes. La qualification 1 regroupe les pilotes débutants, la dernière les pilotes les plus rapides. L’estimation du niveau des pilotes est à l’appréciation du directeur de course. Celui-ci peut s’appuyer sur les statistiques des courses précédentes calculées par le logiciel de comptage, mais également sur une manche préliminaire, dite de reclassement (re-seeding en anglais) qui permet de classer les gens (souvent au trois meilleurs tours consécutifs). Chaque pilote se voit assigné un numéro pour cette phase de qualifications, valide pendant toutes les courses de qualifications. Les départs y sont données décalés, et chacun roule contre le chrono. Le but est de faire le plus de tours possible pendant le temps alloué. Le décompte commence lorsque la voiture passe la ligne de comptage la première fois et se termine lorsqu’elle passe la ligne la première fois après le temps de la qualification (cela signifie qu’on finit son tour en cours). On attend des pilotes qu’ils soient fair-play pendant cette phase, laissant passer les pilotes les plus rapides, mais également qu’ils soient présents à leur poste de ramassage. Les manquements peuvent être convertis en pénalités (voire plus bas). Les ramasseurs sont répartis autour du circuit, à des postes définis. Ils sont là pour remettre les voitures sur la piste en cas de sorties de pistes ou de tonneaux. Une qualification est ramassée par les pilotes de la qualification précédente, sauf la première qui est ramassée par la dernière.

A la fin de chaque round, on établit un classement dont la méthode de calcul est aussi à la discrétion du directeur de course. La plus courante est le classement au points, les pilotes obtiennent des points, en fonction de la quantité de tours qu’ils ont pu réalisé pendant la course. On considérera ensuite chaque round et on additionnera les points de chaques rounds pour obtenir le classements. La méthode calcul est laissée à choix, mais généralement on prendra la somme des points des N-1 meilleurs rounds par pilote (N étant le nombre de qualification, ce qui laisse un droit à l’erreur). Il est également possible d’utiliser un classement au temps, c’est à dire qu’on prend le meilleur de temps de chacun toutes qualifications confondues. Cela peut sembler plus équitable mais avec certaines courses dont les conditions évoluent pendant les qualifications (grip, température, météo), il est bien plus équitable d’évaluer les gens à un instant T. Quelle que soit la méthode choisit, elle définit le classement généralement des qualifications et la composition des finale.

Les finales se déroulent différemment. Le classement général des qualifications est découpé en tranche de 8 à 10 pilotes, chaque tranche hérite d’une lettre, les pilotes les plus rapides se retrouvant dans la finale A. Chaque pilote reçoit un nouveau numéro, synonyme de place sur la grille de départ.Ici, il s’agit bien d’aller plus vite que les autres et de terminer devant les autres. Tout comme les qualifications, il y a généralement plusieurs rounds, et l’on compte également les points de la manière qu’on veut. On établit ainsi le classement final, qui donne lieu à plusieurs podiums, un par finale. Tout comme pour les qualifications, ce sont les pilotes de la finale précédente qui ramassent les voitures d’une finale.

Dernier point important, avec ce format, on roule à peu près toutes les heures.

Reedy-Race

La Reedy-Race est un format inventé par Mike Reedy, populaire aux Etats-Unis. Ici pas de qualification. 6 finales de 8 à 12 pilotes composées au hasard en piochant dans les pilotes. Le départ se fait en grille non décalée (par lignes en fait). L’idée est évidemment que tout le monde roule avec tout le monde, ce qui donne souvent des affrontements spectaculaires. Le vainqueur de chaque finale reçoit 1 point, le deuxième 2 et ainsi de suite. Le vainqueur de la course est celui qui totalise le moins de points en fin de journée. C’est un format compliqué pour les débutants. Premièrement, on se retrouve sur la piste avec des gens qui vont très vite, souvent plus vite que vous. Ensuite, le numéro de la voiture et sa place sur la grille change tout le temps. De plus les horaires varient et il se peut qu’on ait peu de temps entre deux finales.

Quelques conseils pour terminer

Une première course cela peut être stressant, mais ça dépend de l’état d’esprit avec lequel on y va. Si vous comptez gagner, vous risquez d’aller au devant de sacrées déceptions. Voyez plutôt cela comme une occasion de vous comparer aux autres, de voir si vous avez progressé depuis la dernière fois. Préparez votre matériel avant, inutile d’avoir encore des amortisseurs à remplir ou un triangle à changer le jour de la course. N’hésitez pas à demander de l’aide, les gens sont souvent contents de pouvoir dépanner les débutants. Trouvez des gens sur place qui ont votre niveau, c’est toujours sympa de comparer ses châssis, ses réglages et ses performances. Soyez attentif aux pilotes les plus rapides, regardez comment ils préparent leur voiture, posez-leur des questions. Enfin, le dernier conseil, apprenez à vous faire dépasser. C’est une réalité, il y aura presque toujours quelqu’un qui ira plus vite que vous. On attend de vous que vous vous écartiez un peu de la trajectoire en ralentissant, inutile de vous envoyer dans le décor ou de freiner, c’est au plus habile de faire le travail.