La première course

Comme beaucoup dans ce hobby, après avoir tourné des heures durant sur des parkings et des circuits, je me suis laissé tenter par l’appel de la course. Bien qu’elles diffèrent au niveau de l’organisation, des catégories, des règlements et des récompenses, une course RC reste une compétition. Pour ceux qui n’en n’ont encore jamais fait, voila un certain nombre d’infos qui devraient vous aider à franchir le pas…

Le circuit

Les courses RC sont généralement organisées sur des circuits. Ceux-ci peuvent être permanents, c’est à dire qu’ils sont disponibles le reste du temps, ou provisoires, c’est-à-dire qu’ils ont été installés pour l’occasion. Un circuit provisoire est plus juste pour tout le monde, simplement parce que personne n’a pu s’entraîner dessus, mais le grip y est aussi souvent moins élevé, car la piste est moins gommée.  Passons ensuite au deuxième paramètre le plus important, l’environnement. On peut compter trois facteurs qui définissent l’environnement de la course: Si elle se déroule à l’intérieur ou à l’extérieur, le revêtement du sol et le balisage. De multiples combinaisons existent, avec autant de résultats différents et des influences plus ou moins prononcées sur les courses elle-mêmes. Pour ce petit article je me limiterai aux deux combinaisons que l’on trouve dans la région, comme vous le verrez plus bas.

Les réglements

Plus il y  a de catégories représentées dans une course, plus il y a de règlements différents. On peut généralement participer dans plusieurs catégories, on appelle cela « doubler » ou « tripler ». En tant que débutant, je vous déconseille de le faire au début, vous aurez besoin de toute votre concentration pour que la journée se déroule bien et mettre ainsi toutes les chances de cotre coté. Quelque soit le règlement, on y trouve deux parties: le déroulement de la course (horaire, qualifications, finales, distribution des points, pénalités) et le règlement technique.

Le règlement technique

On trouve généralement dans celui-ci des valeurs minimums, maximums ou précises pour les éléments suivants:

  • Le châssis, son architecture et son type de propulsion
  • Le poids minimum
  • La forme et les dimensions de la carrosserie
  • Les batteries autorisées (leur type ou carrément une liste exhaustive) et leur voltage
  • La motorisation (identiquement aux batteries)
  • Les pneus, inserts et jantes
  • Le nettoyant et le traitement à pneus.

Un contrôle technique exhaustif ou ponctuel peut être mis en place par l’organisation, avant ou après les manches. Les voitures dite « illégales » écopent de pénalités. Souvent, on place le contrôle technique avant les courses  et la pénalité se résume à une demande de mise aux normes, mais on peut également effectuer le contrôle technique après la manche et appliquer des pénalités plus sévères.

Une fois sur place

Le matin en arrivant faites déjà un tour, dites bonjour, demandez où vous pouvez vous installer. La plupart du temps, on vous demandera d’amener votre table et votre chaise. Une fois votre matériel installé, rapprochez vous du comptage pour voir si un horaire de la journée est déjà publié, et profitez-en pour payer votre inscription si ce n’est pas encore fait. On vous donnera de plus amples informations à ce moment-là. Une fois les tâches administratives complétées, il est temps de vous occuper de votre bolide.

Le juge de piste et les pénalités

Je sais ce que vous vous dites, c’est un hobby on est ici pour s’amuser, inutile d’en faire toute une histoire. Je peux vous dire que pendant ma « carrière » j’ai vu de tout sur les circuits: Du père qui crie sur son fils parce qu’il ne roule pas assez bien (navrant) aux gens qui changent de visage une fois sur le podium en passant par ceux qui viennent pour le barbecue et qui roulent pour le plaisir. Il faut de tout pour faire une monde, mais vu le prix des jouets, il est également important que les gens passent un bon moment et que personne ne se fasse gâcher sa journée.

On demande donc aux pilotes du fair-play, sur la piste comme dans les stands. Avec l’expérience, nous avons constaté que déléguer la surveillance des manches à un juge de piste est probablement le meilleur moyen pour tout se déroule au mieux. Les pilotes se savent surveillés, et même sans aller jusqu’à une pénalité, une petite remontrance en descendant du podium c’est suffisamment humiliant pour que les gens fassent le nécessaire pour l’éviter. Ce juge a généralement les pleins pouvoirs, il est là pour modérer les conflits mais également pour dénoncer les tricheurs à la direction de course s’il en voit. Afin que tout se déroule pour le mieux, il faut lui mettre à dispositions des outils. Les pénalités prennent plusieurs formes, 5 secondes ajoutées, 1 tour enlevé sur la manche en cours, 1 tour enlevé sur la meilleure manche, annulation de la meilleure manche, renvoi pur et simple. Je crois pas avoir jamais vu de pénalités sérieuses données mais elles existent et cela dissuade les gens.