Le contrôle technique

Imposé aux pilotes lors des courses les plus « sérieuses », le contrôle technique, ou « scrutiny » en anglais, est un étape clé de la compétition qui peut faire peur. Je vous propose de faire le tour des différents points contrôlés la plupart du temps et de comment éviter les ennuis et les prises de tête quelques minutes avant un départ de qualif…

Le contrôle technique peut avoir lieu avant le départ, après l’arrivée ou même les deux. Cela dépend de ce que l’organisation veut valider et de quand il est judicieux de le faire. Le contrôle technique se tient normalement près de la piste, 1 ou 2 tables y sont dédiés et plusieurs instruments de mesures y sont disposés:

La balance

Chaque catégorie a normalement un poids minimum. Pourquoi? Simplement parce qu’une voiture plus légère va plus vite à motorisation équivalente. On utilise donc une simple balance pour faire la mesure. Le poids est mesuré RTR, c’est-à-dire prêt à rouler avant la course. Une batterie déchargée est plus légère qu’une batterie chargée, il faut donc en tenir compte si le contrôle du poids se fait après la manche.

Le volt-mètre

Un voltage maximum est appliqué aux batteries. Normalement les chargeurs savent ce qu’il faut faire pour avoir une batterie chargée à 100%, mais on peut en trouver sur lesquels le voltage de fin est réglable. Plus de volts, cela veut dire plus de vitesse. Ce contrôle ne peut être fait qu’avant la manche.

La réglette

Une garde au sol minimale est généralement appliquée, principalement pour préserver le revêtement. On pose donc la voiture RTR sur une plaque bien lisse et on passe une règlette de 5mm. Aucun élément de doit venir obstruer le passage de la réglette.

Le niveau à bulles

Dans le règlement touring on trouve un point spécifiant que quel que soit la hauteur de la carrosserie, l’aileron arrière ne doit pas dépasser le toit. On pose donc la voiture sur ses roues et on pose un niveau à bulles entre le toit et l’aileron afin de bien vérifier cela.

La jauge de carrosserie

Ce terme un peu abstrait décrit un outil à la forme étrange. Il permet de valider la découpe et la position de la carrosserie.

La petite cote tout en bas à gauche valide la hauteur maximale du pare-choc arrière, cela peut modifier l’écoulement de l’air à l’arrière de la voiture. La cote verticale indique la hauteur minimale de la carrosserie. Même si les carrosseries sont de plus en plus légères, on gagne à les monter le plus bas possible, il faut donc valider que tout le monde reste dans la norme. la cote horizontale en haut, valide la largeur hors-tout de la voiture. Enfin le rectangle à droite valide le profile de l’aileron arrière, qui doit en tout point passer dans ce trou.

Cet outil est parfois remplacé par une boite faite maison dans laquelle on vient glisser la voiture. Le parois latérales permettent de valider la hauteur de la carrosserie et sa largeur en même temps.

la règle étalon.

Certaines catégories se voient imposer une rapport de transmission minimum, afin de d’égaliser les chances de chacun au maximum. Avec des pneus à taille fixe, on marque le pignon moteur au feutre blanc, on place la roue arrière de la voiture sur le début de la règle et on fait faire un tour au moteur en roulant. La roue arrière doit s’arreter avant la marque de la fin de la règle. C’est un moyen visible et facile de vérifier le rapport de transmission.

Et c’est tout?

Non évidemment ce n’est pas tout. Les pneus doivent être ceux validés par l’organisation tout comme le traitement ou l’absence de traitement. Des listes d’accus, de moteurs et de carrosseries autorisées sont éditées par les autorités du hobby, que ce soit la SRCCA, l’EFRA ou l’IFMAR.

Le parc fermé

Une fois votre voiture « validée », vous devrez probablement rester en parc fermé en attendant le début de la manche, afin d’éviter que vous retourniez à votre stand. « Je peux rabaisser la carrosserie à ce moment-là et enlever des poids… » En effet, c’est faisable, mais dites vous bien que le parc fermé est à côté du contrôle technique et que vous n’êtes pas tout seul.

Quelques conseils

Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec tous ces points, faites vous une checklist, que vous pouvez appliquer vous-même à la voiture chez vous. N’hésitez pas également à aller au contrôle technique avant le début de la course, ils sont généralement d’accord de contrôler tout cela pour du beurre, cela vous fera gagner du temps le moment venu.